La régulation des émotions : critère d’évaluation dans la formation des groupes d’entraide scolaire en classe préparatoire littéraire ?

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Cédric Laheyne

Résumé

Dans le contexte d’une classe préparatoire littéraire aux grandes écoles, dispositif de formation emblématique de l’élitisme au sein du système éducatif français, cet article s’appuie sur une recherche doctorale menée au sein de la filière littéraire B/L (lettres et sciences sociales). A partir d’une enquête par observation et entretiens semi-directifs, il montre que l’évaluation formelle à l’oeuvre traditionnellement dans ce dispositif est complétée par une autre forme d’évaluation plus implicite. Celle-ci se fonde sur des jugements forgés par les élèves et prend pour critère la capacité de régulation des émotions mobilisée au cours des épreuves. Ce travail de recherche a pour hypothèse que ce processus évaluatif est à l’origine de la formation des groupes d’entraide scolaire, en particulier ceux qui se destinent à la préparation des concours les plus prestigieux. Il souligne à ce titre le poids des facteurs de la trajectoire scolaire et de règles de sentiment pour intégrer des groupes d’entraide scolaire performants. Il revisite dans ce contexte les rapports entre évaluation formelle et évaluation informelle et les apprentissages sous-tendus par cette dernière. Il met enfin en lumière l’importance des savoirs par incorporation dans la constitution d’une élite sociale au sein même d’une filière d’élite et les stratégies développées par certains élèves pour contourner les jugements d’exclusion, par la mobilisation d’un travail de figuration qui vise à cacher les émotions.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Articles