Entre le cognitif et l’émotionnel… Quelle évaluation à distance en situation de crise ?

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Patricia Rached
Yvette Gharib
Sonia Constantin

Résumé

L’article questionne la place de la sécurité affective lors de l’évaluation à distance (EDA), notamment en temps de crise, dans le contexte unique et stressant, dominé par le Coronavirus. L’étude est menée à Beyrouth, au Liban, selon un devis exploratoire, en s’inscrivant dans le paradigme post-positiviste. L’approche quantitative se base sur un questionnaire, lancé auprès des acteurs éducatifs (élèves, enseignants, parents) de trois grands établissements scolaires. Elle est complétée par une approche qualitative basée sur les focus groups, dans une perspective de compréhension, afin d’éclairer certains résultats du questionnaire. Au final, l’étude révèle la nécessité d’une sécurité affective, assurée par un accompagnement de qualité, même à distance, afin d’optimiser le rendement cognitif des acteurs éducatifs et de permettre à l’EAD de remplir sa fonction première, celle d’être formative, au service de l’apprentissage.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Articles